top of page

Lorsque le client s’impose dans le processus d’innovation


Dans ce film de 2013 de Joshua Michael Stern au titre explicite: Jobs, la dramaturgie de l’entreprise Apple sous l’égide de son créateur Jobs s’enrichit encore.

  • Le contexte est crucial pour Steve Jobs : récemment débarqué des fonctions exécutives par son Board, il voit en ce projet la chance unique de revenir au sommet.

  • La vision : au lieu de technologie, de concurrence, il impose le regard et les attentes des futurs utilisateurs : des gens simples, d’origines très diverses qui attendent simplicité, fluidité, et une manipulation intuitive de la machine à partir d’un référentiel « d’électro-ménager ».

  • L’environnement et le positionnement : au lieu de courir derrière les concurrents et d’essayer de mieux faire, il postule l’approche « faire différemment » qui permet de se libérer du contexte concurrentiel tout en stimulant la créativité.

  • L’équipe : le diagnostic fait par Jobs de sa déficience numérique et qualitative est immédiat la remédiation aussi : il se lance séance tenante dans une croisade de recrutement qui ne s’embarrasse d’aucun protocole, débauchant allègrement les talents des équipes voisines pour se créer une équipe de choc. Il la nourrit constamment de préceptes et postulats qui doivent guider recherche et réalisation.

  • Le management : toujours aussi hermétique à la contradiction, il doit pour fonctionner exercer son pouvoir sans partage et fait immédiatement sauter le manager du projet en place qui ne ferait que le freiner. Le succès fulgurant du Macintosh dès 1984 lui a donné raison et l’a replacé de plein droit à la tête de l’entreprise.

Si vous deviez mettre le client au cœur de toutes vos innovations, que changeriez-vous dans votre organisation ?


58 vues0 commentaire

Comments


bottom of page